Extrait de la couverture de la Lumière Lointaine des Etoiles, de Laura Lam

Une sacrée bonne surprise que cette « Lumière Lointaine des Etoiles », de Laura Lem !

Je dois avouer qu’en demandant ce SP aux éditions ActuSF, j’étais avant tout intrigué. Intrigué car je ne connaissais pas l’autrice, car j’avais lu ce livre décrit comme un space opéra féministe (sous-genre que je ne connais pas). Et puis car l’histoire avait l’air sympa !

Je m’y suis donc lancé sans a priori, avec un enthousiasme de bon aloi, comme chaque fois que j’entame un bon livre, mais sans attentes.

Voyage spatial dans un futur proche

« La lumière lointaine des étoiles » prend place dans un futur proche. Un futur dans laquelle la Terre est de plus en plus condamnée, sans pour autant que des actions concrètes ne soient entreprises. Un monde dans lequel, peu à peu, la place des femmes s’est réduite sous l’autorité de gouvernements de plus en plus conservateurs. Un monde dans lequel, pourtant, on a découvert un moyen de voyager dans des systèmes solaires proches.

L’histoire commence alors que 5 femmes s’emparent d’une navette spatiale pour partir vers la planète « Cavendish », exoplanète qu’il leur faudra une année pour rejoindre. Ces 5 femmes prennent alors une revanche sur la société – les femmes ne sont plus autorisées à voler -, mais espèrent surtout inspirer un changement, un renouveau, pour la société.

Un livre passionnant…

Ce livre est véritablement passionnant, par beaucoup d’aspect. On se retrouve en effet plongé dans un monde qui n’est franchement pas bien éloigné du notre. Suffisamment pour offrir à l’autrice une liberté totale sur les évènements, mais suffisamment proche en même temps pour qu’on sente une familiarité, et une remise en question. Même si ce n’est pas représentatif, je ne résiste ainsi pas à l’envie de vous mettre ce petit extrait, qui montre bien le lien avec ce futur proche :

Tout le monde s’était habitué à donner des ordres aux robots dotés d’agréables voix féminines. Alexa, Siri, Sophia, Sage, tu peux faire ça. Un guilleret « okay » pour toute réponse, et elle accomplissait vos ordres. Tout le monde l’avait fait pendant des années jusqu’à ce que les femmes remarquent que les hommes de leur vie avaient été conditionnés à en faire autant avec elles. Mais il était alors trop tard.

{…} Elle aussi avait été conditionnée.

Bon, cet extrait est bien choisi car on y voit le lien avec le présent. Mais mal choisi car il donne l’impression que l’autrice mène un combat féministe de tout instant. Ce n’est pas le cas. La société décrite est une société futuriste dans laquelle les hommes ont évincé les femmes. Mais ce n’est pas véritablement le propos principal, la toile de fond de désastre écologique prenant le pas. C’est juste… une société possible, comme le confirment du reste certaines prédictions du livre (révocation de Roe vs Wade) qui se sont avérées exactes depuis l’écriture.

Livre passionnant donc par son lien avec le présent, mais également par sa réflexion sur le futur. Les 5 passagères partent en imaginant aider à construire un monde meilleur, et ont tout le loisir de développer leur utopie. Le fond du livre, le but du livre, est d’ailleurs celui-là je pense : pousser à réfléchir à notre société, et à ce que pourrait être un autre monde (sans chanter).

… mais avant tout attachant

L’histoire, la toile de fond, l’intrigue sont donc autant d’éléments qui rendent ce livre intéressant. Mais le résumer à cela serait, je crois, rater l’essentiel de ce qui fait son charme : les personnages. En particulier le personnage principal, Naomi, fille adoptive de l’instigatrice du vol de navette, mais pas uniquement. Le livre multiplie les allers-retours entre présent et passé, nous amenant à bien connaître Naomi, sa mère, et son environnement. Et à véritablement s’attacher à elle. Il n’est pas si facile de camper des personnages humains dans un univers futuriste intéressant. C’est pourtant absolument ce que réussit à faire l’autrice ici. Les personnages sont beaux, intéressants, réfléchis, et c’est par leurs yeux que le roman se vit véritablement, et que la réflexion que propose l’autrice prend tout son sens.

Et finalement…

J’ai vraiment été très séduit par cette « Lumière Lointaine des Etoiles ». Et je crois savoir pourquoi : il est profondément humain. En imaginant ce futur proche possible, et en confiant sa mise en scène à des personnages attachants et complexes, l’autrice offre une vraie occasion de remise en question de notre société et de nos valeurs. Le tout avec un faux air de ne pas y toucher, dans un style rythmé, agréable, et facile à lire. Ici, on n’est pas dans le Sense of Wonder, et ses ébouriffantes théories ou situations (Alaistair Reynolds, pour le plus récent). On est dans le space opéra humain, et dans un thriller écologique, dans l’espace, qui vous tiendra en haleine jusqu’à sa dernière ligne. Plus proche d’un Becky Chambers presque (presque !) par ce côté humain. Ce qui tombe bien, c’est une de mes deux prochaines lectures 🙂

Autres avis :

Lecture précédente : Unity, d’Elly Bangs

Lecture suivante :

Une interview de l’autrice sur le site ActuSF que j’ai trouvé très intéressante (peut être plutôt à lire après coup)

Lu dans le cadre du challenge #SummerStarWars

Image du challenge SummerStarWars