Extrait de la couverture de l'Enfance Attribuée, de David Marusek.

L’enfance attribuée de David Marusek, ou ma lecture déprimante du jour sous la forme d’une nouvelle issue de la collection « Une Heure Lumière » (UHL) 🙂

Cette petite novella nous projette dans un monde futuriste où l’être humain semble avoir globalement tout vaincu. Vie plus ou moins infinie, plus de maladie, des distances qui ne semblent plus bien exister, et une capacité d’être plus ou moins partout grâce à une techno d’hologrammes qui semblent ma foi fort efficace. Evidemment, et par suite, plus d’enfants, histoire d’éviter la surpopulation (quand on peut vivre des milliers d’années, c’est pas pour faire des enfants tous les 30 ans).

Dans ce contexte, le titre de l’UHL suggère qu’on va parler de cet évènement extrêmement rare qu’est l’arrivée d’un enfant, et c’est pas faux. Mais à dire vrai, l’intérêt principal de l’UHL est ailleurs, et il est justement dans la description de ce monde futuriste.

Car on se retrouve finalement dans ce qui fait l’essence de la science fiction à mon sens, et dans un de ses sous-genre rois : l’anticipation. Prendre un monde actuel connu, pousser des tendances, et voir ce que ça donne. Voir dénoncer ce que ça pourrait donner, car c’est bien ce qui se passe ici.

Le monde décrit par l’auteur est en effet réaliste, passionnant, et vraiment intéressant. Quelque part, c’est une vraie utopie qui est décrite, avec cette conquête de la mort, et cette vie plein de liberté. Et en même temps… C’est une utopie sacrément déprimante…

Au final, c’est un épisode de Black Mirror que propose cet UHL. Un monde futuriste, décrit par le biais de la vie d’un personnage principal. Un monde utopiste, qui a conquis la mort. Mais aussi un monde Kafkaïen et qui, franchement, m’a déprimé. C’est bien fait, c’est intéressant. Ce n’est pas démentiel car on ne s’attache pas tant que ça aux personnages – toujours difficile sur ces formats courts -, mais c’est une belle nouvelle pour ceux qui aiment l’anticipation.

Autres avis : Les lectures du Maki, Navigatrice de l’Imaginaire, Apophis, Le Chien Critique, Au Pays des Caves Trolls, Nevertwhere, Just a Word

Lecture suivante : BlackWater III

Lecture précédente : La Guerre des Marionnettes

Lu dans le cadre du challenge #S4F3

Image du challenge Summer of Short Stories.