#incontournablesSFFF

J’aime bien les hashtag, ça permet de découvrir des choses 🙂 Alors, me voici cette année pour le #incontournablesSFFF, le retour. Après une grosse source d’inspiration l’année dernière (incontournables récents : n’hésitez pas à aller voir ça donne plein d’idées !), voici Nevertwhere qui remet ça de façon plus ciblée : avec un top 10 des autrices SFFF (cf. ici pour tout le détail) !

Bon, il faut savoir que c’est le genre de choses qui ne m’est pas si facile. Déjà parce que je n’ai pas de mémoire, et ensuite parce que il y a assez peu d’auteurs de façon générale que je suis, je me laisse souvent guider par les sorties, les envies. Et puis, je dois avouer que je fais rarement attention au sexe de l’auteur, qui n’a à mon sens peu d’importance – jusqu’à ce qu’il s’impose à moi, bonjour Peter Hamilton, pour ne citer que le plus récent -. Cependant, ça veut juste dire qu’il faut réfléchir un peu, et on s’en sort assez bien finalement. Voici mon top 10 (non classé je précise, ce sont juste les 10 noms que j’ai envie de retenir), avec des raisons différentes pour chacun (parfois, auteur prometteur, parfois auteur culte pour moi). Je précise que j’ai fait le choix de ne pas lire ce que les autres ont pu écrire à ce stade, ce qui conduira forcément à des oublis mais garantit la spontanéité de ma liste 🙂

Dernière précision pour insister : ce ne sont pas les autrices qui comptent dans la SFFF dont je propose de vous parler ici (il en manquerait !), mais celles qui sont MES incontournables, c’est à dire celles qui m’ont vraiment provoqué une émotion. Si vous pensez qu’il m’en manque, n’hésitez pas à m’en suggérer 😉

Hop, je vous propose donc :

Catherine Dufour

(L’Accroissement Mathématique du Plaisir)

C’est marrant car, quand je pense « autrice », et que je fais l’effort de réfléchir à un auteur femme, je pense tout de suite à Catherine Dufour. Il s’agit d’une autrice que j’ai découvert il y a quelques années de cela, avec tout d’abord le « goût de l’immortalité » et « l’accroissement mathématique du plaisir ». Et j’ai pris un choc je dois dire ! Le style est différent du reste, sans doute tellement plus sombre mais l’ensemble est si bien écrit ! On parle vraiment d’une autrice qui emmène dans son propre univers, qui écrit bien, qui peut être crue mais qui fait vraiment, vraiment passer des émotions. Extrêmement recommandable !

A l’époque, je me suis donc mis à lire pas mal de choses qu’elle avait écrite à l’époque, et à en parler autour de moi – y compris de son livre d’histoire par exemple, qui a l’avantage de pouvoir intéresser tout le monde !-. Et depuis, j’ai découvert en plus qu’elle était sympa, accessible sur Twitter… Bref, vraiment une incontournable de la SFFF pour moi !

Ursula Le Guin

(Terremer)

Bon, comme je l’ai dit, je n’ai pas lu ce que les autres ont écrit. Mais comment imaginer que Mme Le Guin ne soit pas dans toutes les listes ? Autrice de l’âge d’or, de renommée mondiale, ayant écrit des oeuvres magnifiques. Pour ma part, je l’ai découverte, de façon peut être un peu originale, avec le cycle de Terremer, qui reste pour moi une version (vraiment !) améliorée d’Harry Potter. A l’époque, je n’avais presque pas lu de fantaisie. Depuis, j’en ai lu beaucoup plus mais j’ai toujours en tête les aventures de Ged, grand magicien, et de ses dragons.

Bien sûr, par la suite, j’ai pu après apprécier son cycle de l’Oekumen, même si le style parfois un peu aride il me semble m’a empêché de tout lire pour le moment. Terremer reste cependant une référence, et on est là aussi chez une grande dame, une incontournable !

Martha Wells

(Journal d’un Assasynth)

Bon, jusqu’à présent, on était sur deux découvertes passées, qui ne me rajeunissent pas tant que ça. Pour Martha Wells, c’est plus récent, et c’est basé je dois l’avouer sur un cycle : le journal d’un Assassynth. Bon, un cycle seulement donc, mais un énorme coup de coeur pour moi, et une sortie que j’attends chaque fois avec une très grande impatience ! Et au vu des prix que ce cycle a pu recevoir, je pense que je ne suis pas le seul. Dans la SFFF d’aujourd’hui, Martha Wells est incontournable, et mérite bien sa place dans mon classement 🙂

Becky Chambers

(L’Espace d’un An)

Oui, certaines tranches sont un peu abimées :S

Hmmm… Becky Chambers 🙂 Rien que son nom donne le sourire je trouve. On est ici dans ce qui me semble être un tout nouveau type de SF, la SF positive. Beaucoup d’imagination, beaucoup de concentration sur les personnages, et surtout des beaux moments dans l’espace. En relisant ma critique de 2020 (ici), je parle d’un sentiment de flotter dans du coton en lisant ce livre. C’est vraiment ce que je retiens quand je pense à ses différents livres. Une incontournable là aussi pour moi, un auteur dont j’attends chaque production avec impatience.

Karin Lowachee

(Warchild)

Voici une autrice que je dois avouer ne connaitre que par le biais d’un seul cycle : Warchild. Mais quel cycle ! Dans le cadre du challenge #SummerStarWars, j’ai relu le tome 1 la semaine dernière (cf. ici). C’est fort, c’est bien écrit, c’est initiatique mais ça secoue aussi sur la thématique des enfants et la guerre. Ce cycle fait partie de mes cycles forts, quasi cultes, de la SF. Alors, certes, je n’ai pas eu l’occasion encore de lire d’autres productions de cette auteur, mais elle a quand même tout à fait mérité sa place dans mon classement !

N.K. Jemisin

(Les Livres de la Terre Fracturée)

Hop, même cause, même effets. Avec en cause cette fois le cycle de « La Terre Fracturée ». Je dois avouer avoir un peu oublié le détail de ces livres, mais l’impression forte qui s’en dégage est que je les avais avalé à toute vitesse tellement ils m’avaient plu. Depuis, je n’ai pas eu l’occasion de lire autre chose d’un auteur – qui est pourtant pas mal publié, mais je ne suis que rarement des auteurs ! -. Mais là aussi, par ce cycle, par ce succès, il s’agit pour moi d’une autrice incontournable.

Jo Walton

(Morwenna)

J’ai découvert Jo Walton avec Morwenna, que je choisis comme titre pour sélection. Un livre magnifique, qu’il faut absolument que je relise d’ailleurs, sur une jeune adolescente qui s’épanouit à travers la lecture de livres de SFFF… Absolument incontournable, magnifique, à part, et en tout cas vraiment à lire. Et comme si ça ne suffisait pas, j’ai lu après « mes vrais enfants », que j’ai même réussi à faire lire à ma femme, c’est dire. Un livre magnifique, émouvant… Bref, une autrice qui compte, et qui a su vraiment susciter des choses chez moi !

Marine Diatchenko

(Vita Nostra)

Hop, encore un livre récent qui m’a vraiment beaucoup beaucoup plu. C’est certes un peu de la triche car elle écrit avec son mari a priori, mais après tout, marre de l’idée que quand un couple écrit, c’est l’homme qui compte. Ici, on parle d’un livre magnifique, une sorte de Harry Potter complètement déjanté, fou, dur à lire mais tellement prenant, imposable… Bref, un très très gros coup de coeur de ces dernières années pour moi, suivi récemment par le tome 2 des métamorphoses qui, sans atteindre le niveau de coup de coeur du premier, reste un excellent livre. Et qui permet donc à cet auteur ukrainien écrivant en russe de se trouver dans mes incontournables !

Estelle Faye

(Les Nuages de Magellan)

Voici une autrice pour laquelle je suis très en retard 🙂 Car il me semble qu’elle est déjà incontournable, tant ses livres sont commentées un peu partout, et appréciés. De mon côté, je la mets ici car, après ma lecture des nuages de magellan (cf. ici), je suis obligé de me mettre à la suivre de près, car c’était quand même vraiment ‘achement bien ! Elle est donc devenue une incontournable pour moi, une autrice dont je vais essayer de lire un peu plus de la prose, et dont je guetterais les prochaines productions.

Claire North

(Le Serpent)

Dernière autrice, que je ne connais finalement que très peu. Je n’ai lu qu’un livre d’elle. Même pas un vrai livre, un tout petit livre, une novella (cf. ici). Mais ce livre était… un de mes très gros coup de coeur de l’année, une vraie belle découverte et dont j’attends la suite avec beaucoup d’impatience (quel regret qu’elle ne sorte pas pour l’emmener durant l’été !). Ce livre est beaucoup de choses : gros wordbuilding, intrigue vraiment passionnante et intelligente, rythme, personnages attachants et intéressants. Cela me fait penser beaucoup beaucoup de bien de l’autrice, et pour cette année, elle est vraiment devenue incontournable!

Conclusion

Voilà pour moi ! Mes incontournables, qui correspondent surtout aux autrices qui m’ont marqué pour diverses raisons. Il en manque plein ! Je pense notamment à Ada Palmer (mais je n’ai pas encore accroché à son cycle tera ignota, il faut que je lise le tome 2), Elisabeth Vornaburg (mais son livre phare, bien que très intéressant, Chroniques du pays des mères, ne m’a pas tant marqué), Laurence Sühner (dont la série Quantika m’a beaucoup plu, mais à une période où j’étais souvent malade donc manque de bol je n’aime pas trop y repenser), Lois McMaster Bujold (j’ai vraiment bien aimé la saga Vorkosigan !). Mais il faut faire des choix. A vous, donc !