Après mon gros coup de coeur sur Skyward 1, me voici donc parti, dans le cadre du challenge #SummerStarWars, sur Skyward 2, également appelé de son petit nom « Astrevise ».

Bon, je vais essayer de spoiler le moins possible le 1 (que je ne peux que vous inciter à lire ! Regardez ici comme j’ai apprécié), et idéalement pas du tout le 2. Donc je vais faire un résumé assez court 🙂

L’histoire, en bref

L’humanité est coincée sur une planète appelée « Détritus », sous blocus extraterrestre permanent, et attaques permanentes face auxquelles elle se défend tant bien que mal avec ses vaisseaux spatiaux/atmosphériques. Dans le tome 1, on apprend à découvrir l’héroïne, une dénommée Spensa, pilote (wanna be en tout cas) et élevée avec des récits de héros mythiques en guise de contes de fées.

Le tome 2 reprend plus ou moins là où le tome 1 s’est arrêté, mais va changer de perspective. Suite à un concours de circonstances que je ne détaillerai pas, la jeune Spensa se retrouve en dehors de Détritus, sur Astrevise, planète dans laquelle résident les ennemis de la Terre. En infiltration.

Un tome de transition

Ce résumé est assez pourri, j’en conviens bien volontiers, et vous pourriez vous demander : pour quelle raison est-ce que je me lancerai dans ce cycle ?

Bon, déjà, il faut avoir en tête que je minimise ici à quel point j’ai apprécié le tome 1. Ce récit initiatique d’une jeune Spensa attachante, dans un univers dont on ne voyait que quelques bribes, était extrêmement plaisant.

Ici, le tome 2 en montre nettement plus sur l’univers. On change clairement de perspective : on est sortis de la seule planète terre, et de son univers clos, uniquement guidé par la survie au quotidien. Les enjeux s’élèvent, le word building monte d’un cran, le nombre d’extraterrestres, de peuples, de personnages différents… Tout augmente, et on se retrouve plongé vraiment au milieu d’un space opéra, avec des enjeux à la hauteur de la galaxie.

Pour autant, il ne faut pas cacher le fait qu’on est clairement dans un tome de transition. Le tome 1 était pour moi autosuffisant : l’auteur aurait pu s’arrêter là, cela aurait fait pour moi un très bon bouquin. Avec ce tome 2, il remet plusieurs pièces dans la machine, et décide de pousser son univers plus loin. Et pour cela, il a besoin de poser beaucoup plus de choses que dans le tome 1, ce qu’il fait donc, avec ce tome 2. C’est un peu la frustration de ce tome : on sent que l’idée est d’ouvrir, d’aller plus loin, mais surtout pour préparer un futur tome 3 (voire 4 ?).

Un monde prometteur, de la SF militaire (gentille), quelques ficelles

Autre élément à voir en tête : on est plus proche sans doute du Young Adult que le premier – dont j’ai pourtant compris qu’il aurait déjà pu être classé dans cette catégorie (la femme de l’auteur l’aurait sauvé de ce terrible coup du sort). L’ensemble s’enchaine bien, se lit bien, mais tout reste un peu gentillet au final. Je n’ai pas ressenti cela sur le premier car j’ai été surpris – happé – par le côté « récit initiatique en SF », qui est quand même très rare (beaucoup moins en Fantasy). Ici, ce côté a disparu, et l’auteur pose clairement l’aspect politique de l’univers. Dont je crains qu’il ne manque un peu de profondeur à la longue – mais j’espère bien sûr que l’auteur me fera mentir !

Dans l’ensemble, je recommande, pour se détendre

Dans l’ensemble, je me trouve presque dur. J’ai passé un excellent moment avec cette lecture ! Mais il faut savoir que je suis une cible très facile pour ce type de livre : du rythme, une histoire sympa, une héroïne attachant, un moment de détente pur. Mettez moi tout ça dans l’espace, et vous pouvez être certain que je passera un très bon moment ! Le seul regret est que ça n’atteint pas le niveau du tome 1, bien sûr, mais je pense que l’attente était irréaliste, particulièrement pour ce qui est, pour moi, un tome de transition.

Alors, si c’est votre truc aussi, que vous cherchez un truc sympa qui se lit tout seul, n’hésitez pas ! Vous passerez un super moment 🙂 Sinon, hé bien, à la rigueur, tournez vous vers ce bon vieux John (Scalzi), il a la même chose sans le côté Young Adult 😉

Points forts :

  • Une héroïne toujours attachante, et un univers bien sympathique
  • Un Worldbuilding intéressant
  • Des combats moins présents, mais toujours intéressants

Points négatifs :

  • Un tome de transition, sans doute nécessaire mais on a encore envie d’avoir la suite (le tome 1 aurait pu être un stand-alone au contraire)
  • Un peu gentillet sans doute

Si vous avez aimé, vers quoi vous tourner ?

  • Cela m’a beaucoup fait penser au cycle du vieil homme et la Guerre, de John Scalzi. En un sens, cela s’en rapproche beaucoup, à la différence que le héros de Scalzi est plus âgé, et qu’on n’est moins gentillet avec Scalzi 🙂

D’autres avis sur ce livre : Lianne, La Rivière des Mots,

Lu dans le cadre du