Je crois que ce livre a un vrai potentiel culte. Pas sûr qu’il le soit en l’état, mais il n’est vraiment pas loin de pouvoir le devenir.

Il s’agit d’une tranche de vie (pas n’importe laquelle, évidemment) d’un monde futuriste, mais qui ne surprendra personne dans sa présentation. Des riches devenus tellement riches qu’ils se sont isolés dans les nuages. Un reste de la population toujours plus pauvre, et qui vit désormais dans un monde dévasté par la pollution, la paix sociale étant achetée par les jeux du Cirque de l’époque, une forme de reprise des grands classiques du Cinéma par des clones.

Dit comme cela, l’ensemble parait bien simple et convenu, et il y a de cela, il faut en convenir.

Cependant, si ce livre a un potentiel culte, c’est surtout parce qu’il a du souffle. Un souffle de rébellion, un souffle de non acceptation, mais surtout un souffle de vie. Finalement, je crois que c’est ça qu’il se passe dans ce livre : on voit des personnages vivre, sans forcément accepter l’inéluctable. Et tout cela fait du bien. S’ajoute à cela une forme de, je ne sais pas, musique un peu épique qui résonne dans tout ce livre, et qui lui donne cette petite touche de plus qui le rend tout à fait à part (j’avais franchement l’impression par moment d’entendre une musique envoutante !)

Alors bien sûr, ce livre a aussi quelque côtés tout à fait convenus, au dela de son simple résumé, comme la reprise de personnages « réels » (jusqu’au Che, le message manque de subtilité). Mais ce souffle pour moi l’emporte, et c’est une lecture que j’ai beaucoup aimé.

Accessoirement, avec une bonne bande son, et un bon réalisation, je crois que cela pourrait donner un super film. Ce qui aiderait pas mal à le rendre culte.

Bref, lisez-le 🙂 Ce n’est pas forcément la lecture la plus fun en ce moment – je trouve la période un peu trop à part pour aller vers des mondes un peu « tristes » comme cela -, mais cela vaut vraiment le coup.