Extrait de la couverture de Pyramides, de Romain Benassaya

Pyramides est un space opéra de Romain Benassaya, et aussi mon premier livre de l’auteur. Et franchement, c’est une sacrée réussite !

L’histoire d’un Mystère

Pyramides démarre en 2182. Un vaisseau de colons (pas si grand ceci dit, un peu moins de 2000) quitte la Terre pour s’installer sur une nouvelle planète. Pour cela, si la technologie permet de se déplacer vite, elle requiert malgré tout une mise en hibernation. Une sorte de « petite mort ». Seul petit hic : au réveil, les colons découvrent qu’ils ne sont pas arrivés. Du tout. Leur vaisseau semble posé, dans un endroit sombre. Et, pire, il semblerait que les 200 ans de biostase prévus aient en réalité duré bien plus longtemps…

Un page turner de qualité

Cette idée de biostase, de mystère, de futur, pourrait tout à fait ouvrir la porte à de la hard science. Quelque part, le pitch pourrait ouvrir à un potentiel de livre de type « La Millième Nuit » d’Alaistair Reynolds.

Ce n’est pas le cas ici. Mais franchement, pour moi qui aime ça, ce n’est pas un problème. Car ce livre a bien d’autres qualités, et notamment une : il fait passer un sacré bon moment !

Pour cela, trois ingrédients principaux à mon sens : une bonne histoire, un bon rythme, des personnages attachants.

Une bonne histoire…

L’histoire en elle même, sans s’aventurer côté hard SF, est une histoire qui se suit avec beaucoup d’intérêt, et d’envie d’en savoir plus. Là où l’auteur est fort, c’est qu’il ne se contente pas de traiter d’un mystère spatial, fut il intéressant. Le propos est plus large : que feraient 1500 humains livrés à eux mêmes dans un temps et un univers inconnu et hostile ? La création de la société, ses tensions, ses jeux politiques, animent véritablement le livres, et lui donnent une portée qui va au delà de celle attendue.

… des personnages attachants…

Côté personnages, on est sur quelque chose d’assez restreint On suit quelques personnages bien choisis. Mais c’est une bonne chose. ça contribue à rendre le livre assez simple à suivre, mais surtout ça contribue à l’attachement que l’on peut ressentir pour eux. Les personnages sont bien campés, bien décrits, agréables. Là aussi, une réussite.

… et un rythme enlevé

Enfin, il y a le rythme. 122 chapitres. 7 grandes parties au livre. Peu de personnages principaux, et une histoire qui sait où elle va. Tout cela contribue à rendre le livre vraiment très agréable, avec pour contrepartie claire et bien chère de rendre difficile l’arrêt.

Et au final…

Hé bien, au final, je dois dire que lire ce livre m’a replongé en enfance. Dans ma première lecture de Rama et ses suites pour être précis. C’est simple, c’est enlevé, c’est passionnant, c’est attachant. Certes, ça peut manquer un peu de profondeur scientifique mais, quand ça fait du bien, pourquoi se priver ? Sacrée découverte pour moi que ce livre et cet auteur finalement, qui va clairement appeler à de nouvelles rencontres. Un seul conseil à mon avis : pas sûr du titre (pyramides), même si j’en comprends la raison. Mais ça ne change rien : si vous tombez dessus, lisez-le 🙂

D’autres avis : Xapur, Les lectures du Maki (qui est sur la 4e de couverture, la classe !), le Chien Critique, Au Pays des Caves Trolls

Lecture précédente : Un Psaume pour les Recyclés Sauvages, de Becky Chambers

Lecture suivante : Composite, d’Olivier Paquet

Lu dans le cadre du challenge #SummerStarWars

Image du challenge SummerStarWars