Extrait de la couverture du livre "Sur la Route d'aldebaran".

Et nous voici partis sur la route d’Aldebaran !

Avec une petite lecture que, malgré les apparences, j’ai tout à fait envie de qualifier de sympathique 🙂

Une histoire d’exploration de labyrinthe extraterrestre

Adrian Tchaikovski est un écrivain assez prolifique désormais. Personnellement, je l’ai surtout apprécié dans son cycle de la Toile du Temps. Ici, on le retrouve dans une forme courte, type novella, au sein de la collection Une Heure Lumière (UHL).

Comme tous les UHL, il a déjà été maintes fois chroniqué (la popularité de cette collection est quand même impressionnante), donc je n’ai pas grand chose à dire sur le contexte, ou le fond, qui n’ait pas déjà été bien mieux dit ailleurs. Donc je vais vous mettre les liens qui vont bien, faire court, et surtout axer sur ce qui m’a marqué – ou surpris par rapport à ce que j’avais déjà lu.

L’idée de la novella est de suivre un spationaute Danois, envoyé en exploration sur quelque chose d’assez bizarre. Une sorte de gros caillou qui présente, quel que soit l’angle sous lequel on le regarde, le visage d’une grenouille (d’où son surnom, le « Dieu Grenouille »). Autre caractéristique : il semble encombré de tunnels, et a été découvert aux confins du système solaire, en lieu et place de cette célèbre potentielle « neuvième planète ». On suit donc Gary Rendell, Danois de son état, et engagé dans une sorte de monologue pendant son exploration des tunnels.

Une novella pleine de qualités !

Comme souvent, mes résumés ne donnent pas envie de lire le livre 🙂 Donc je vais essayer de vous expliquer surtout pourquoi je trouve qu’au contraire, ce livre est super sympa !

Le ton d’abord

On parle souvent de novella d’horreur je trouve, alors qu’en réalité… Hé bien, pas tant que ça ! Je trouve que le narrateur a un petit côté Assassynth pour ceux qui connaissent, c’est à dire celui d’un narrateur avec un regard très caustique sur ce qui l’entoure, mais ce qui donne une forme de recul assez sympathique finalement. Je ne suis pas sûr que notre ami Gary soit complètement sain d’esprit, mais je le trouve finalement assez marrant, et sa façon de raconter les faits est à la fois facile à suivre, agréable à lire, et plutôt marrante.

L’histoire en elle-même, et en particulier la faune extraterrestre croisée

Ce Dieu-Grenouille est un lieu hors de tout, peuplé de différentes créatures mais aussi d’autres surprises. L’exploration révèle donc beaucoup de surprises, et on ne peut qu’apprécier l’imagination de l’auteur. Encore une fois, c’est une novella, donc rien n’est véritablement développé, mais c’est quand même super intéressant. Rien d’étonnant quand on lit certaines – pas toutes – productions passés de l’auteur, mais c’est quand même super sympa.

Les multiples références

Pas possible de ne pas citer les multiples références à la culture Geek, SF. Je trouve qu’on est parfois à la limite du livre adapté par Spielberg, Ready Player One. Le narrateur nous parle de beaucoup de choses qu’on connait, d’Alien au Capitaine Kirk, en passant par beaucoup d’autres références SF – et encore, j’ai dû en rater. Cela rentre un peu dans la catégorie du ton décalé du narrateur, mais sur ce format court c’est très agréable. Il a même sans doute un jeu à faire autour du fait de trouver toutes les références.

Bref, c’est une novella, donc aucune raison de faire long. Lecture très recommandable à mon avis, très agréable. Entre Ready Player One pour les références, le journal d’un Assassynth pour le ton du narrateur, et puis tout un pan d’autres chose pour l’histoire en elle même. Et surtout, puisque c’est ce qui m’avait fait hésiter au début : franchement, ce n’est pas de l’horreur. C’est un peu gore, mais c’est dit avec tellement de détachement que ça passe tout seul, donc allez y sans hésiter ! A la fin, il ne me reste qu’une question à laquelle je n’ai pas cherché de réponse : l’auteur va t’il se servir de cet univers pour nous en dire plus ?

Lecture précédente : BlackWater tome 1, La Crue, Michael McDowell

Lecture suivante : Les Oubliés de l’Amas, Florence Soulas

Lu dans le cadre du challenge #SummerStarWars et #S4FS

D’autres avis (souvent plus éclairés !) : Culte d’Apophis, Au Pays des Caves Trolls, Les Chroniques du Chroniqueur, Lianne, Just A Word, Outrelivres, L’Epaule d’Orion, Un Papillon dans la Lune, Ombrebones

Image du challenge Summer Star Wars.
Image du challenge Summer of the Short Stories